LES LIVRES - Books
 


Accueil

 Les Livres d'Oscar Hernandez
Oscar Hernandez' s Books

Oscar Hernandez est né le 11 août 1949. A 17 ans, il fit directement l’expérience de la Conscience d’Être. Elle ne l’a jamais quitté. Il a passé de nombreuses années à étudier toutes les spiritualités du monde pour les comparer avec son vécu. Ses livres prônent la connaissance de la Vérité. Avec lui, la Vérité devient directe et trouve son application au quotidien ; la nécessaire transcendance de l’ego est rendue accessible métaphysiquement. Oscar Hernandez est également artiste peintre.

 

 ………………………………......................................

 

Oscar Hernandez was born on August 11th, 1949. At the age of 17, he directly experienced the Consciouness of Being. It has never left him. He spent numerous years to study all the spiritualities of the world to compare them with his real-life experience. His books advocate the knowledge of the Truth. With him, the Truth becomes direct and finds its aplication on a daily basis ; the necessary transcendance of the ego is made accessible metaphysically. Oscar Hernandez is also a painter.

 

 


Janvier 2017, en Inde à Tiruvannamalai

 

 

 

Tous les livres sont en vente chez TheBookEdition.
All the books are for sale at TheBookEdition.
 

 

 

haut

VÉRITÉ La Connaissance Directe, Janvier 2017 - Essai métaphysique - 12x18cm - 46pages.

haut

Extraits du livre

  

La démarche métaphysique répond à notre besoin naturel d’Unicité et d’Amour
... L’approche métaphysique accompagne toutes nos pensées. Elle nous est naturelle. Il suffit de la développer au quotidien pour mieux comprendre ce que nous sommes vraiment et vivre en harmonie.

Réaliser que nous sommes liés à tout dans l’Amour
...Nous sommes liés à tout ce qui est, au point de ne pas en être séparés, nous sommes l’autre, nous sommes tout et réaliser cela est Amour.

Tendre vers l’Harmonie
...Les actions que nous accomplissons sont dépendantes du système de cause à effet de notre environnement. Cependant nous influons sur ce système et donc sur les actions que nous vivons par notre manière de tendre vers ce que nous devons faire.

La transcendance, un pont vers notre état d’Être
...La transcendance est le pont instinctif qui relie notre état d’être humain, à notre état d’Être. Elle est fondamentale pour vivre en harmonie.

La métaphysique révèle la Vérité
...La Vérité est unique, elle englobe et pénètre toutes choses à chaque instant. Elle est notre environnement permanent et s’exprime dans toutes nos actions. Nous en prenons conscience par transcendance de l’ego. Jusqu’à maintenant nous la confiions à des institutions spirituelles extérieures à notre vie au quotidien. Aujourd’hui notre capacité nouvelle de réflexion métaphysique nous amène à l’intégrer pleinement à toutes nos décisions. 

La Vérité est Une
...Il n’y qu’une Vérité, c’est le tout existant, c’est l’Existence.

Il n’y a qu’Amour
...Nous sommes en harmonie par transcendance de l’ego. Les actes de l’ego, en même temps qu’ils apparaissent s’immergent instantanément par transcendance dans ce que nous sommes vraiment. Quand nous expérimentons cela nous ne sommes pas dans le vide mais dans l’Amour. 

Tout est là
...La condition de l’ego l’amène à se sentir séparé, isolé, enchaîné dans le système d’actions-réactions du monde. En fait, il n’a jamais été séparé. La séparation est une illusion. Dans la plénitude d’Amour, par transcendance, l’ego expérimente l’Unicité et s’immerge dans la Paix, qui spontanément génère par le fait même de son existence, l’ego et le monde. Tout est là.

Un chantier plein d’espoir
...Notre société avance naturellement dans et vers une démarche métaphysique qui fait évoluer notre normalité. Nous passons d’un monde à un autre. Dans le premier, la séparation règne entre nos besoins matériels limités à l’ego et notre état d’Être étendu à tout. Dans le second, nous apprenons à faire ce que l’on a à faire pour soi-même en respectant le cadre de notre appartenance à tout.
Nous écrivons les nouveaux repères de notre monde. Un chantier plein d’espoir où l’être humain rejoint harmonieusement l’Être.

 


haut

 

LIVING in HARMONY in the CONSCIOUSNESS of BEING, Juillet 2016 - 14,8x20,9cm - 156 pages.

haut

Extracts of the Book

Extract of the Introduction

...Before being this or that, you were the Consciousness of Being; when you are this or that, you are the Consciousness of Being; after having been this or that you will be the Consciousness of Being.

To help understand the permanency of Being, sages often use a time honoured expression common to all traditional teachings: “Before being, I was and I shall be.”¹ This means that you are eternal even if you believe that you are only the self who was born and is going to die, the ego. This knowledge is far beyond the concept of time and space: you must transcend your ego to reach it.

You Are, but you can only realize it fully by keeping your egotic self silent.
When that self is too assertive, you only exist through it and start believing you are isolated and separated from the others. Then, you feel frustrated and react to the fact that you are nothing but a simple particle constantely interacting with all the compo­nents which constitute the phenomenal world, from the tiniest (quarks, atoms…) to the greatest (planets, galaxies…) through human beings.

You are even more excited by this phenomenal matter that you get attached to it since you see it as existing in itself, apart from any Consciousness of Being.

Learn detachment and meditate.

Get in the best position and make yourself comfortable; let your thoughts wander to and fro; just look at them all but don’t focus on any of them. Let them come and go and don’t try to stop them; finally try not to think any longer or rather let your thoughts do for themselves; they will calm down, they will stop and you will feel that sensation of Being; in a way, you’ll have stopped the world, as it happens in deep sleep.

Listen to Ramana Maharshi², he who incarnates Indian wisdom, declaring that the three states of deep sleep, dream and awake, only take place in the Consciousness of Being.
In deep sleep, ego and the world do not exist, he says, yet we must be there, in this deep sleep, if when we wake up, we re­member having slept well.

Similarly, we remember being present in our dreams, even if on waking up we declare that dreaming is unreal and of course, we feel fully present when awake.
So we are equally present in the three states of deep sleep, dream and awake, as Consciousness of Being.

The Sage expresses that we are the Consciousness of Being in which run the three states of deep sleep, dream and awake, just as the screen on which the movie film pictures are running. When the film is over, only the screen remains and without the screen there is no film; just like our lives appear and vanish in and from the Consciousness of Being always vivid inside us, the witness of all our experiences.

Settle in a constant meditation state; whatever you do, stay in the Consciousness Being; this is the only free-will you really own, remembering that you Are before being this or that.
Trust yourself with awareness and abandon yourself, that is, give up the idea of being limited to ego.
Abandoning oneself does not mean: I leave myself to a power which will guide me. In abandonment there is no duality, as the transcendal strength and I, abandonment is Being.
There is nothing but the Consciousness of Being, differently felt according to one’s maturity of consciousness. From the mental egotic Consciousness to the absolute Consciousness of Being, there is nothing but Consciousness.

The world, when you look at it, is nothing but the Consciousness of Being under a phenomenal form (the animation of the world, the universe, the ego). Just Be and listen to yourself; from deep inside your heart, the marks of your path to Consciousness of Being will surge.

____________________

1- Same expressions as “Before being, I was and I shall be.” Exodus 3:14; God told Moses: “I Am that I Am.”, “The one whose name is I am.”, “Such Is my name for all eternity.” John 8:58; Jesus told them: ”Before Abraham was, I Am.”

2- Ramana Maharshi an Indian Sage, was born Venkataramana Aiyer on December 30th 1879, and died on April 14th 1950. His teaching, in the non-dualistic tradition (Advaïta Vedânta), is mainly focused on the reality of the Self and the question “Who am I?”. In India and all over the world he is seen as holy; he had and still has a broad influence in Western countries.
Ramana Maharshi uses such words as Self, Brahman, Heart, when talking of the Consciousness of Being.

 

Extract of the Epilogue of the chapter "Consciouness of Being and Traditional Doctrines"

All established doctrines in the matter of the consciousness of Being come in two seeminly distinct axes which, even so, are quite inseparable; one is about the timeless abstract metaphy­sical spiritual sphere on human beings’ origins, while the other one is concerned with his situation in the world, the universe and over time.

The former expresses through mysterious metaphors and alle­gories, “Heavens Realm is in you.¹”. It requires a perception which takes after the initiation coming, at best, from a personal introspection.
The latter is a matter of commonly shared perception and consists in the most intelligent social morality possible which, at best, will encourage each one to love one another like one self.²

However, subjugated by mirages of scientific advancement or genuinely blinded by their materialistic penchant as they are, unfortunately, human beings are quite completely driven away from the spiritual teachings aspects. It is hard for them to admit the urge to cool down their drives for desires and belongings, so as to have access to introspective silence essential to the knowledge of Being.

This knowledge seems to be exclusively restricted to very few people having kept in themselves their inborn abilities for uni­versal, non-possessive, non-egotic Love.3

Alexandra David-Neel’s wonderful book “Secret teachings from Tibetan Buddhists” tells of “the teachings collected from the Tibetan spiritual sages”.
In it, we discover septicism felt by great Gurus who are able to teach their doctrine and, somewhat disillusioned, confess: “Tell them about the deep truth, they will yawn and if they allow it themselves, they will leave you, but if you tell them stupid stories they are eyes and ears wide opened. They want to be taught pleasant religious, philosophical or social doctrines, fitting their concepts, satisfying their tendencies, all in all, they just want to find themselves in them and feel approved by them.”
In such a context, abstract assertions, although justified, can be harmful to the fundamental teaching, which will be diverted to the benefit of a thought only caring to be rid of all spirituality, of all that tends to the knowledge of the Being.
So it is for the highly repeated negation of the ego in the Buddhist doctrine. Still in the same book by Alexandra David Neel: “'All things are devoid of ego.' the masters keep repeating.”

This assertion, true in its abstract meaning4 will be used to satisfy egotic needs of our times.

To keep his attention, the follower to-be will be told his mind will be improved till he can achieve the consciousness of Being. He will understand that having no longer any ego, he already is the Spirit, which in the end is true, but which does not apply to someone endowed with a limited perception. He will absorb moral principles on living-well-together and wise words to glorify his ego with a false knowledge which he will be convinced as being real, and then he will form with all the others a narrow-minded’s army of warriors defending ego for which the doc­trine will be diverted, thus agreeing with those sages thinking it useless to try teaching everyone the Truth.
Apart from metaphysical subtleties which may cause fruitful debate about the deepest knowledge of the Being, Truth-seekers must keep cautious towards any doctrine, bearing in mind he has to draw the reflection of knowledge which will enable him to arise to the Enlightening wisdom.

____________________

1- Luc 17:21.

2- “You will love your fellowman as yourself.” Matthew 22:39.

3- In his book, Forme et Substance dans les Religions, p.51, Frithiof Schuon claims, that knowing God is: “knowing him with all that we are [...] it is endlessly loving him” and to illustrate his talk he gets together these three following expressions:
“The truth is that it is not for the husband’s love that the husband is dear, but for At­ma’s love which is inside him. The truth is that, it is not for the wife’s love that the wife is dear, but for Atma’s love which is inside her.” (Brihadaranyaka-Upanishad, IV, 5, 6)
“Atmâ only must be cherished. Whoever cherishes Atmâ only, his love’s object is not at risk of death.” (ibid.I, 419)“You will love the Lord, your God with all your heart, with all your soul, with all your strength, with all your spirit.” (Matthew, XXII, 37)

4- Alexandra David-Neel, Les Enseignements secrets des bouddhistes tibétains, Adyar, p.90: “Nirvana litterally means extinction and because of this meaning, most false ideas spread over concerning the nature of Buddhist redemption. We are not here to examine these wrong interpretations. Two words will do. To those imagining that buddhist re­demption consists in ‘annihilating the self’, […] it can be answered that buddhism denying the ‘self’, ego or soul whichever name is given to it, there is no question about anihilating what is thought as non-existent. Anihilation is indeed, but it is that of false views surging from ignorance and more pre­cisely in the belief that an independant, homogeneous and permanent ‘self’ exists, such a belief which distorts our understanding of the world and mishapes our mental vision.”

 

 

haut

 

VIVRE en HARMONIE dans la CONSCIENCE d'ÊTRE, Juin 2016 - 14,8x20,9cm - 156 pages.

haut

Extraits du livre

Extrait de l'Introduction

...Avant d’être ceci ou cela, tu Étais ; pendant que tu es ceci ou cela, tu Es ; après que tu auras été ceci ou cela, tu Seras.

Pour aider à comprendre la permanence de l’Être, les sages utilisent souvent une même expression commune à tous les enseignements dits traditionnels : « Avant que je sois, je fus et je serai.¹ » Cela signifie que tu es éternel même si tu crois n’être que le moi qui est né et qui va mourir, l’ego. Cette connaissance se situe au-delà de la notion de temps et d’espace ; tu dois transcender l’ego pour l’atteindre.

Tu Es, mais tu ne peux en prendre vraiment conscience que dans le silence du moi égotique.
Lorsque ce moi est trop affirmé, tu ne vis plus que par lui, te croyant isolé et séparé des autres. Tu réagis alors avec frustration au fait de n’être qu’un élément en interactivité constante avec l’ensemble des éléments qui constituent le monde phénoménal des plus petits (quarks, atomes...) aux plus grands (planètes, galaxies…) en passant par les êtres humains.

Toute cette matière phénoménale t’excite d’autant plus que tu t’y attaches parce que tu la regardes comme existant par elle-même, en dehors de toute conscience d’Être.

Apprends le détachement et médite.

Installe-toi dans la position où tu es le plus à l’aise ; laisse tes pensées aller et venir ; regarde-les faire sans t’attacher à aucune d’elles. Laisse-les s’approcher et passer sans tenter de les stopper ; essaie finalement de ne plus penser ou plutôt de laisser les pensées se débrouiller toutes seules ; elles se calmeront, elles s’arrêteront et tu sentiras cette sensation d’Être ; tu auras en quelque sorte arrêté le monde, comme cela se passe dans ton sommeil profond.

Écoute Ramana Maharshi², l’incarnation de la sagesse en Inde, expliquer que les trois états de sommeil profond, de rêve et d’éveil, se déroulent en fait dans la conscience d’Être.
Dans le sommeil profond, l’ego et le monde n’existent pas, dit-il, pourtant nous devons bien y être présents pour nous souvenir au réveil d’avoir bien dormi. De même, nous nous souvenons de notre présence dans nos rêves, même si nous affirmons au réveil que le rêve n’est pas réel et, bien entendu, nous nous sentons présents dans l’état actuel d’éveil.
Nous sommes donc également présents dans les trois états, de sommeil profond, de rêve et d’éveil, en tant que conscience d’Être.
Le sage exprime ainsi que nous sommes la conscience d’Être dans laquelle se déroulent les trois états de sommeil profond, de rêve et d’éveil, tout comme l’écran sur lequel les images de cinéma défilent. Quand le film s’arrête, seul reste l’écran et sans l’écran il n’y a pas de film ; de même nos vies apparaissent et disparaissent dans et à partir de la conscience d’Être toujours présente au fond de nous, le témoin de toutes nos expériences.

Établis-toi dans un état de méditation constant ; quoi que tu fasses, maintiens la conscience d’Être ; c’est le seul libre arbitre que tu possèdes vraiment, te souvenir que tu Es, avant d’être ceci ou cela.
Fais-toi confiance avec vigilance et abandonne-toi, c’est-à-dire abandonne l’idée d’être limité à l’ego.
S’abandonner, ce n’est pas dire : je m’en remets à une force qui va me guider. Dans l’abandon, il n’y a pas de dualité comme la force (transcendantale) et moi, l’abandon c’est Être.

Il n’y a que la conscience d’Être, perçue différemment suivant sa maturité de conscience. De la conscience mentale limitée de l’ego à la conscience d’Être absolue, il n’y a que conscience.

Le monde, quand tu le vois, n’est rien d’autre que la conscience d’Être sous une forme phénoménale (animation du monde, de l’univers, de l’ego).

Cherche à Être et écoute-toi ; du fond de ton cœur sortiront les repères de ton chemin vers l’expérience de la conscience d’Être.

____________________

1. Expressions équivalentes à : « Avant que je sois, je fus et je serai. » Exode 3:14. Dieu dit à Moïse : « Je suis celui qui suis. », « Celui qui s’appelle je suis. », « Voilà mon nom pour l’éternité. » Jean 8:58. Jésus leur dit : « Avant qu’Abraham fût je suis.»

2. Ramana Maharshi est un sage indien, né le 30 décembre 1879 sous le nom de Ven­kataramana Aiyer et mort le 14 avril 1950. Son enseignement, dans la tradition de la non-dualité (Advaïta Vedânta), est essentiellement centré sur la notion du Soi et la question « Qui suis-je ? » De nombreux hindous le considèrent comme un saint et son rayonnement en Occident fut considérable.
Ramana Maharshi utilise les noms de Soi, Brahman, Coeur… suivant ses interlocuteurs, pour parler de la conscience d’Être.

 

Extrait de l'Épilogue du chapitre "Bouddhisme et Conscience d'Être"

...Toutes les doctrines établies autour de la connaissance de l’Être se déclinent suivant deux axes apparemment distincts mais qui sont pour autant indissociables ; l’un concerne la sphère spirituelle, métaphysique, abstraite, intemporelle des origines de l’être humain tandis que l’autre s’intéresse à sa situation dans le monde, dans l’univers et dans le temps.

La première s’exprime dans le mystère des métaphores et allégories, « Le royaume des cieux est en vous.1 » Elle nécessite une perception qui tient de l’initiation qui viendra, dans le meilleur des cas, d’une introspection personnelle. La seconde relève de la perception commune à tout un chacun et consiste en une morale de société la plus intelligente possible qui, dans le meilleur des cas, incitera à vivre en aimant son prochain comme soi-même.²

Cependant, subjugués par les mirages des progrès de la science ou tout simplement aveuglés par leur penchant matérialiste, les êtres humains sont malheureusement amenés à s’éloigner quasi complètement de l’aspect spirituel des enseignements. Il leur est difficile d’admettre la nécessité de calmer, jusqu’à les faire disparaître, leurs sentiments de désir et de possession, afin d’accéder au silence introspectif indispensable à la Connaissance d’Être.

Cette Connaissance semble devoir être réservée exclusivement aux quelques rares personnes ayant gardé intacte leur capacité innée d’Amour universel, non possessif, non
égotique.
3

Le très beau livre d’Alexandra David-Neel qui relate « les enseignements recueillis auprès de maîtres spirituels tibétains » est intitulé Les Enseignements secrets des bouddhistes tibétains. On y découvre le scepticisme des grands maîtres capables de transmettent la connaissance de leur doctrine qui avouent quelque peu désabusés : « Parlez-leur de vérités profondes, ils baillent et, s’ils osent se le permettre ils vous quittent, mais racontez-leur des fables absurdes, ils sont tout yeux et tout oreilles. Ils veulent que les doctrines religieuses, philosophiques ou sociales qu’on leur prêche leur soient agréables, qu’elles cadrent avec leur conception, qu’elles satisfassent leur inclination, en somme qu’ils se retrouvent en elles et se sentent approuvés par elles. »

Dans un tel contexte, certaines affirmations abstraites, pourtant justifiées, peuvent desservir l’enseignement profond qui sera détourné au profit d’une pensée soucieuse de se débarrasser de toute spiritualité ; c’est-à-dire de tout ce qui tend à la connaissance de l’Être.
Il en est ainsi de l’affirmation maintes fois répétée de la négation de l’ego dans la doctrine bouddhiste. Toujours dans le livre d’Alexandra David Neel : « “Toutes choses sont dénuées d’ego.” répètent sans cesse les maîtres. »

Cette affirmation vraie dans son sens abstrait4 sera utilisée à des fins égotiques pour satisfaire aux besoins de l’époque.

On dira au futur adepte pour conserver son audience que l’on va parfaire son esprit jusqu’à lui permettre d’atteindre la conscience d’Être. L’autre entendra que n’ayant plus d’ego il est déjà le Soi, ce qui est vrai d’un point de vue final, mais faux pour l’individu limité à la perception primaire. Il s’imprégnera des préceptes moraux du bien vivre ensemble et des paroles de sagesse pour auréoler son ego d’une fausse connaissance dont il sera persuadé qu’elle est réelle et là, il formera avec tous les autres un bataillon de guerriers, défenseurs obtus de l’ego pour lequel la doctrine sera détournée, donnant raison aux sages qui estiment inutile de tenter de transmettre la Vérité à tous.

Indépendamment des subtilités métaphysiques qui peuvent occasionner une joute fructueuse autour de la plus profonde connaissance de l’Être, reste la méfiance que le chercheur de Vérité doit entretenir vis-à-vis de toute doctrine, tout en sachant y puiser les reflets de connaissances qui sauront réveiller en lui ou elle la lumière de la sagesse.

____________________

1. Luc 17:21.

2. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Matthieu 22:39)104 VIVRE en HARMONIE dans la CONSCIENCE d’ÊTRE

3. Frithiof Schuon, dans son livre, Forme et Substance dans les Religions, l’auteur affirme p. 51 que connaître Dieu, « c’est le connaître avec tout ce que nous sommes… c’est l’aimer infiniment » et pour imager son propos il rapproche les trois expressions suivantes :
« En vérité, ce n’est pas pour l’amour de l’époux que l’époux est cher, mais pour l’amour de l’
Atmâ qui est en lui. En vérité ce n’est pas pour l’amour de l’épouse que l’épouse est chère, mais pour l’amour de l’Atmâ qui est en elle. » (Brihadaranyaka-Upanishad,IV, 5, 6)
« C’est l’
Atmâ seul qu’il faut chérir. Pour quiconque chérit l’Atmâ seul, l’objet de son amour n’est pas exposé à périr. » (ibid. I, 419).
« Tu aimeras le seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, de tout ton esprit. » (Matthieu, XXII, 37) La conscience d’Être et les doctrines traditionnelles

4. Alexandra David-Neel, Les Enseignements secrets des bouddhistes tibétains, Adyar, p. 90 : « Littéralement, Nirvana signifie extinction et à cause de cette signification, les idées le plus erronées ont été répandues concernant la nature du salut bouddhique. Ce n’est pas la place ici d’examiner ces fausses interprétations. Deux mots suffiront. À ceux qui s’imaginent que le salut bouddhique consiste en “l’annihilation du moi” de la “personne” à la mort, l’on peut répondre que le bouddhisme déniant l’existence d’un “moi”, ego ou âme, quel que soit le nom qu’on lui donne, il ne peut pas être question de l’annihilation de cela qui est tenu pour non existant. Réellement, il y a annihilation mais c’est celle des vues fausses de l’ignorance et plus précisément de la croyance en l’existence d’un “moi” indépendant homogène et permanent, croyance qui fausse notre compréhension du monde en déformant notre vision mentale. »

 


haut

 

POÉSIES EN VRAC D'UNE VIE INTROSPECTIVE, Mai 2015 - Recueil de poésies - 19x15cm - 154 pages
Deux versions, noir et blanc et couleur, comprenant 23 tableaux

haut

 

haut

Extraits du livre

*******
 

Ton visage si beau

Ton visage si beau
Qui donne au mien le beau
Et mes doigts sur ta peau
Ta peau contre ma peau

Tu bascules ta tête
Elle est belle ta tête
Elles frémissent tes lèvres
Et je les prends tes lèvres

Et je t’entends gémir
Ce n’est pas seulement jouir
C’est l’amour avec l’âme
C’est mon âme sur ton âme

Dans tes yeux c’est le ciel
Nous le touchons ce ciel
Insupportable bonheur
Sueur contre sueur

Comme cela nous fait mal
On croirait à un râle
On est si loin du port
Qu’on touche presque à la mort

Revoilà nos sourires
Nos rires, nos sourires
Un geste puis un autre
Un geste puis un autre

                                                            (1972)

haut

 

Unicité de l’Être

Arrivé sur le lieu
Il n’y a pas de lieu

Arrivé sur le lieu
je bâtis une montagne
un arbre et un ruisseau
une maison sublime

Et puis
sous une larme
sous une limpidité
sous une lucidité
sous le genou plié
sous une joue mouillée

Je deviens
comme une montagne
un arbre et un ruisseau
une maison sublime

Je suis
une montagne un arbre et un ruisseau
une maison sublime
Je suis un lieu

Il n’y a pas de lieu

                                                        (1972)

haut

 

Le dépôt d’ordures et l’enfant

Elle allait et venait
dans ce dépôt d’ordures
avec tant de présence et de persuasion
qu’il fallait voir une Reine dans son château

Tout imprégnée de ce monde qu’elle s’était fabriqué
son esprit allait vite et ses paroles aussi
elle parlait comme pour s’empêcher de penser

Une petite fille de cinq ans au plus
portant des cheveux ondulés légèrement et assez longs
vêtue d’une chemise de nuit
ses pieds nus s’agitant beaucoup

Son visage et ses mains étaient tout en mouvement
tout chez elle s’ordonnait autour de sa volonté
de ne pas voir ce qui l’entourait

Elle avait bricolé avec une vieille toile de tente
et un espace d’herbe
un paysage entièrement à elle
et peu importe de quoi il était fait c’était sa création

Quand je l’ai appelée
en m’écoutant à peine et sans vouloir comprendre
elle m’a invité chez elle toute tendue
comme inquiète à l’idée d’un refus

J’ai accepté pour ne pas la peiner
alors c’est merveilleux comme elle était heureuse

Elle allait et venait
dans ce dépôt d’ordures
avec tant de présence et de persuasion
que je voyais une Reine dans son château
et depuis je nettoie pour cette Reine-là

                                                                                (1988)

haut

 

L’ennui

Pour ne pas succomber à l’ennui
Quand l’inaction s’impose à moi
J’explore des chemins interdits
Où même les saints perdraient la foi.

Une lucidité étrange
S’empare alors de ma raison
Et je m’envole comme un ange
Tout en rampant dans les bas-fonds.

Les plus subtils des parfums
S’exhalent, bizarre d’une charogne,
Et si j’aspire à être l’un
L’autre tristement me lorgne.

Alors je viens au milieu d’eux
Et dans une infinie tendresse
Nous cessons un moment d’être deux
Pour un instant de pure paresse.

                                                                    (1992)

haut

 

Liberté

Elle vole de liane en liane sans craindre le vertige
Quand les autres courent au sol le nez dans leur nombril
Si le vent souffle fort, simplement elle corrige
Son trajet qui jamais ne se dévie d’un cil.

Où va-t-elle si sûre d’elle, ainsi à tire-d’aile ?
S’étonne en coassant un passant triste et noir.
Qu’elle est son ambition ? Pourquoi est-elle si belle ?
Qu’est-ce qui la fait planer ? À quoi donc peut-elle croire ?

Mais elle, imperturbable, continue son voyage
Laissant loin dessous elle le passant persiflant
Et celui qui gazouille exalte et se croit sage
Parce qu’il n’est pas plus con que les autres passants.

De temps en temps une flèche la pique un peu à l’aine
Alors un court instant elle gémit doucement
Repliée sur elle-même, elle épanche quelques larmes
Mais jamais ne s’arrête sur elle trop longtemps.

Et les passants qui passent, qui passent et qui trépassent,
Elle qui s’envole, qui vole et qui s’envole,
Et qui fait toujours face quoique les autres fassent.
« Mais quel est donc ton nom ? » vocifère une vieille folle.

S’emportant pour une fois la belle veut faire face
Et s’apprête furieuse à expliquer son nom :
« Je m’appelle liberté et je t’emmerderasse. »
Et puis se ravisant, elle se dit : « À quoi bon ! »

                                                                                                    (1996)

haut

 

L’éphémère éternel de mon église

Dans mon église je suis le pape
mais aussi le curé et l’ouaille qui se confesse
le païen qui n’en a cure et l’enfant
mais aussi le Noir le Juif l’Arabe
sans oublier Satan

Je vole comme un ange et je vole des oranges
je suis la montagne et celui qui marche dessus
tout mouillé je suis la mer
et léger comme l’oiseau je suis les courants d’air
qui embrassent mes cent milliards d’entités

Je suis comme il a déjà été dit
le commencement et la fin de toute chose
et quand la chose est là incarnée charnelle physique
envahissante belle ou désolante
bien réelle et si éphémère
quand la vie exhibe ses multiples facettes
j’en appelle au témoin en moi
qui sait de toute éternité
qu’en même temps que je suis ceci ou cela
je suis aussi sans attribut
et
si en paix

                                                            (2013)

haut

 

La dernière apnée

Hyperventilation
une fois deux fois trois fois et
relaxation
l’oxygène fait vibrer isolément
chaque cellule de mon corps
qui flotte sur la mer
libre jusqu’au bout des doigts
de tous ses poids
et qui fait corps
avec les vagues éclatantes de soleil

Ultime inspiration lente profonde
prélude à la plongée
qui suit naturellement
bras tendus vers le fond
yeux croisés légèrement

Immensité apaisante silencieuse
caresse longitudinale de l’onde enveloppante
pression qui s’équilibre
descente accélérée
dix vingt trente mètres


Apesanteur et grâce
je me pose doucement sur le ventre
au milieu des coraux
sur une langue de sable

Les poissons vont et viennent
indifférents et lumineux
les courants soulèvent de légers voiles de sable
qui se reposent grain par grain
et mon corps s’abandonne harmonieux
enlacé par les algues et
avec l’univers en osmose parfaite

Yeux croisés à nouveau
je me sens comme l’eau
jusqu’à devenir l’eau
le sable les coraux les poissons et
la lumière du soleil
qui darde ses rayons arc-en-ciel
jusqu’au fond de mon âme

Étant tout à la fois
je ne ressens plus rien
mon ego s’est éteint
il n’y a plus qu’Amour

                                                (2014)

haut

 

Je veux juste l’Amour

Je veux juste l’Amour
Je vous laisse Yahvé Dieu Allah Brahman et le Dharmakāya

Je veux juste l’Amour

Je vous laisse l’athée le scientiste l’agnostique

Juste l’amour vous dis-je

Je vous laisse mon bras
pour que vous m’entraîniez
dans une folle farandole et des éclats de rire
où comme des enfants
nous courrons harmonieux
portés par les forêts les mers et les parfums
libres comme des étoiles
que l’adulte n’a pas encore trouvées
étudiées quantifiées adoptées élevées formatées
et finalement classées dans le fond d’un tiroir
sans ciel
où trônent tous les cultes aux idées
qu’elles soient divines ou pas

Je veux juste l’Amour

                                                (2014)

haut

 

Merci

Quand je vous regarde avec les yeux d’ailleurs
que les humains sont beaux

Vous paraissez Amour
vos corps sont transparents
et les coeurs se sourient
béatitude tranquille

Quand je vous regarde avec les yeux d’ailleurs
il n’y a que bonté

La maladie s’abstient
la mort reste un clin d’oeil
l’arrogance se repose
la différence s’éteint
et vous aimez d’amour serein
sans « moi » sans « mon » sans l’autre
détachement et bonheur
béatitude joyeuse

Quand je vous regarde avec les yeux d’ailleurs
le monde est un tableau

Peinture de Gérôme Bosch ou de Pieter Bruegel
où chaque personnage s’inscrit en harmonie
dans un vaste paysage que la neige unifie
béatitude et paix

Quand je vous regarde avec les yeux d’ailleurs
les brouhahas s’estompent

La sagesse du silence apaise toutes les âmes
cicatrices et fardeaux s’accueillent en amis
vos yeux s’emplissent d’ailleurs
et nos sourires s’embrassent
félicité béate

Pour cet instant de grâce

merci

                                            (2014)

haut

 

La sagesse au début et au bout

L’Être Humain vit-il hors de la sagesse 

 L’Être Humain aujourd’hui
voit parfaitement
le temps et l’espace
qui le précipitent dans la multiplicité
et maintiennent ignorée
sa possibilité d’unicité

LA SAGESSE RESIDE
DANS LA CAPACITE
DE DISCERNER DANS LA MULTIPLICITE
L’UNICITE

L’Être Humain est à la fois
multiplicité et unicité

S’il tient trop aux formes
il perdra son amour envers les autres
oubliant que tout n’est qu’un

S’il oublie les autres
pour chercher à n’être qu’un
il s’abimera dans la vacuité
de sa propre forme

La sagesse de l’Être Humain
réside dans sa faculté
de vivre son unicité à travers les autres

LA SAGESSE
N’EST PAS QUE LE FAIT
 DE CEUX QUI ATTEIGNENT LE CALME
POUR LEUR FORME CORPORELLE
EN S’ELOIGNANT DU MONDE
MAIS
APPARTIENT AUSSI A TOUS CEUX QUI VIVENT
LES TRIBULATIONS DE TOUS LES AUTRES

La paix du sage solitaire
dans une grotte quelconque
reste la même que la paix
qui demeure en chacun de nous
parce qu’on obéit inconsciemment
à la nécessité collective la plus profonde
en vivant sa vie de tous les jours
avec les gens de tous les jours

C’est en ce cheminement abstrait
que l’on découvre
combien la sagesse est là
omniprésente
et que le but n’est pas de la créer
mais de la découvrir

ICI ET MAINTENANT

Il n’y a sans doute que sagesse
et les pérégrinations des formes
dans l’espace temps
ne sont alors que des moments
de sagesse
vers sagesse
dans sagesse.

                                                (1985 - 1987)


 

haut

 

L'ÊTRE ET LE MIRAGE, Avril 2014 - Recueil de poésies - 19x15cm - 140 pages
Deux versions, noir et blanc et couleur, comprenant 26 Tableaux
 

haut

haut

Extraits du livre
 

Extrait du Prologue

 ...Ne nous trompons pas, le scientifique atteint aujourd’hui une perception de l’univers quasi mystérieuse, qui n’est pas perceptible par tout un chacun. On comprend la mécanique newtonienne qui explique la vie telle que ressentie habituellement mais il est difficile au scientifique de rendre accessible ses découvertes dans l’infiniment petit de la mécanique quantique. On a tendance alors à comparer ce scientifique au sage qui, ayant atteint la connaissance ultime de l’Etre se trouve dans l’incapacité de décrire sa réalisation mystique et métaphysique dans un langage de tous les jours. Or, la Connaissance ultime sublimée par toutes les religions ou philosophies orientales, du moins dans leur aspect métaphysique, se situe au-delà de la connaissance scientifique quelle qu’elle soit.

 Essayons de comprendre notre situation par une métaphore empruntée à l’hindouisme.
La philosophie Sankhya nous enseigne qu’il y a une vérité absolue, éternelle sans attributs ou formes, nommée Purusha. Parce que cette vérité existe, se crée comme par magie ou sympathie la Prakriti. Elle n’est rien d’autre que le monde phénoménal dans lequel nous évoluons, de l’infiniment petit à l’infiniment grand dans toute sa multiplicité universelle.
La science par nature déterministe relève de la Prakriti, et de son système de causalité, et n’accède pas à la connaissance du Purusha, absolu, éternel, sans commencement ni fin et sans formes. Par contre, l’évolution de la science récente nous permet de mieux comprendre notre rapport mystérieux au Purusha.

 « Au commencement était le Verbe» dit l’Evangile de Saint Jean. Le Verbe est la vibration de la théorie des cordes, répond le scientifique. Et le sage de rajouter que là n’est pas la connaissance ultime qui nécessite silence de l’ego, calme et transcendance.
Le fait que le sage tout comme le scientifique ne puissent expliquer la connaissance révélée ou atteinte, montre bien la difficulté de décrire dans un langage simple ces vérités profondes que chacun d’entre nous porte en soi et ressentira naturellement dans l’art, la musique et notamment la musique des mots.
La « poésie métaphysique » apparaît comme le langage qui exprimera le mieux, aujourd’hui, cette complexité d’Etre.

 Il n’y a que l’Etre
le monde est un mirage
l’Etre est le monde.

haut

 

Extraits des poésies

Qui suis-je

 Le yoga la méditation les livres ne sont que des supports
sur le chemin de la connaissance

 La sagesse ne s’apprend pas
elle se vit et elle est toujours là

 Un yogi très puissant
demande un verre d’eau
et pendant qu’on va le chercher il entre en Samadhi
et durant tout un mois reste là immobile
sans manger ni boire plongé dans son extase
et quand il en ressort il demande
« où est mon verre d’eau »
il n’a changé en rien

 Telle est l’histoire rapportée par Ramana Maharshi
pour exprimer qu’on peut se perdre
en accordant trop d’importance aux techniques de recherche
le sage préconisait la recherche directe

 Qui suis-je

 Je ne suis pas ce corps puisque lorsque je dors
le corps le monde l’univers ne sont pas là
et pourtant je me réveille en disant « j’ai bien dormi »
pour me souvenir d’avoir bien dormi
Il fallait bien que je sois présent dans le sommeil profond
mais sans le corps

 Qui suis-je

 De même pour le rêve
j’étais présent dans mes rêves
mais au réveil je sais que ce n’était qu’un rêve

 Ne suis-je pas également qu’un rêve à l’état d’éveil

 Qui suis-je

 Le fait est que je suis présent dans les trois états
d’éveil de rêve et de sommeil profond
en tant que Je

 Je suis éveillé Je dors Je rêve

 Les trois états
de rêve de sommeil profond et d’éveil
ne serait-ils que des surimpositions sur un Je toujours présent
éternel

 sagesse indienne expression de L'Advaita Vedānta
non dualité
qui fait dire à Shankara
« seul Brahman est
le monde n’existe pas
le monde est Brahman »

 Autrement dit
Je et Je suis menuisier
Je et Je suis savant
j’existe sans forme sans nom, sans attribut
absolu eternel en tant que Je
et je suis ceci ou cela dans la multiplicité des mondes
dans la dualité du moi et des autres

 Surimposition magique
l’univers se déploie
quand je regarde avec les yeux
et se rétracte et disparait
dans la lumière du cœur

 Qui suis-je

 Dans la pénombre
je vois un serpent terrifiant
qui s’avère n’être qu’une corde inerte
quand la lumière est faite
le serpent n’a jamais existé
en est-il de même pour le monde
qui ne serait perçu que comme une illusion
un mirage
et le sage dit que le mirage est là
mais qu’il ne cherchera pas à y puiser de l’eau

 suis-je jamais né

 Qui suis-je

 Parce que le soleil est là j’existe
je ne peux me passer de cet astre
mais apparemment lui peut se passer de moi

 Qui suis-je

 Le passé le futur le présent
la multiplicité des formes et des noms
chaque chose est à sa place
tout est là d’un coup et se déploie
dans l’espace et le temps
interdépendance parfaite
qui régit les destinées
ne nous laissant comme seul libre arbitre
pour nous retrouver
que de vivre avec détachement
dans le respect et dans l’amour d’harmonie universelle
être éternellement
unicité

haut

 

Sommes-nous tous des zombies

Je règle l’addition
sans manquer de laisser un pourboire conséquent
je tente de rencontrer du regard la serveuse
afin de la remercier d’un sourire
pour sa gentillesse avenante
et
je constate amer que je ne suis plus là pour elle
elle avait simulé quasi naturellement
la bonté la tolérance la gaîté
un service parfait
mon rôle était de paraître un client content
souriant et docile en toute circonstance
puis partant sans se retourner après avoir payé

Sommes-nous tous des zombies

À force d’entendre parler des étoiles lointaines
comme si elles étaient proches
on en vient à rêver que notre destinée
à nous la race humaine
sera de source sûre interstellaire
galactique à souhait

Oh là-bas un Big Bang
et ce pauvre trou noir qui ne mange pas assez
parce que malheureusement pour lui
il est dans un quartier de notre galaxie
qui ne contient pas beaucoup d’étoiles
c’est qu’il lui en faut beaucoup
d’étoiles pour se nourrir
pauvre petit trou noir

Reportages cosmiques à images parfaites
astronomes bêtifiant toujours sourire aux lèvres
et moi qui aimerais tant être bête et content
je me laisse emporter loin de tous mes soucis
et loin n’est pas le mot
il s’agit tout de même de mille milliards d’années lumière
autrement dit
ce n’est pas demain la veille
que je coucherai avec Cassiopée

J’écoute sans réagir
des personnes éminemment savantes
expliquer que l’humanité telle qu’elle vit
n’en a plus pour longtemps avant de se détruire
et qu’il faudra dans un avenir plus ou moins proche
songer à s’exiler sur une autre planète

Pendant ce temps-là sur terre
on prépare le grand voyage
et là c’est une aubaine
la Mondialisation sert bien nos vastes projets

On nous assure et on veut bien le croire
pour calmer nos angoisses
que lorsqu’on perd toutes nos possessions
on se rapproche les uns des autres
dans un élan de fraternité sans pareil
un peu comme Jésus Christ l’a promis
mais à l’envers
lui c’était pour que l’être humain se fonde en Dieu
là l’homme se sacrifie pour le bien de l’humanité
érigée au rang de Dieu

Finis le village la ville le pays le monde
mon repère est le Web
les décisions qui me concernent sont prises
mais sont prises où exactement

Comme le Marché décide
on suit
on est plus que matière entrainée en spirales
dans un tourbillon peut-être galactique

Les entreprises à taille humaine disparaissent
tout doit devenir gros pour s’adapter
au marché mondial
et plus les entreprises croissent
plus l’être humain décroit
la qualité qui était l’apanage de la « tête bien faite »
s’efface devant la nécessité de quantité
rentabilité oblige

La France devient l’Europe
qui comme les autres continents rejoint le monde
la planète est en ordre de bataille
pour notre prochaine conquête
la galaxie du vide
là-bas où il n’y a plus personne

Une élite de plus en plus restreinte
s’apprête à gouverner la terre
l’eugénisme partout s’insinue insidieux
grâce à des découvertes toujours plus onéreuses
dont seuls les plus nantis profiteront

Et nous exterminons
spécialité humaine
dans un raffinement qui confine au génie
tact et discrétion assurés
l’être humain ne sent rien
il perd petit à petit conscience de lui-même
se pare à l’extérieur d’une apparence heureuse
et meurt à l’intérieur
il devient un zombie

Pourquoi me fais-je encore avoir
en espérant vivre un échange sincère
avec des zombies
parce que je ne crois pas au zombie
qui n’est qu’une ombre derrière laquelle
se trouve un être humain en souffrance
qui porte en son cœur l’étoile
qu’on lui demande d’aller chercher si loin

haut

 

Rose Marie

 Non non
Rose Marie
tu ne m’as pas compris
peux-tu imaginer qu’avant que tu sois née
tu étais quelque chose
tu ne viens pas de rien
je ne parle pas de tes parents
du monde de l’univers du présent du passé
tout cela tu le découvres en même temps que tu nais

Peux-tu imaginer qu’avant que tu sois née
tu étais quelque chose
que tu ne viens pas de rien
donc
ce quelque chose est là bien avant que tu naisses
et de ce quelque chose Rose Marie apparait
devient une jeune fille
qui ne se souvient plus de ce de quoi elle vient
alors tu dis
je suis Rose Marie et voilà mes parents
le monde l’univers le présent le passé
et tu ne te souviens pas de ce de quoi tu viens
pourtant
ce quelque chose existe sinon tu ne serais pas là
et quand tu t’en iras
le monde l’univers le présent le passé
n’existeront plus pour toi
seul restera ce quelque chose que tu as oublié
mais qui est toujours là

Peux-tu Rose Marie
imaginer
que tout ce qui est vrai est nécessairement permanent
éternel
dans ce cas
ce qui naît et qui meurt qui change tout le temps
toi et avec toi
le monde l’univers le présent le passé
n’existez pas vraiment
vous n’êtes qu’une illusion
pourtant
tu sens bien que tu es
donc que tu es vraie réelle
mais
comme on vient de le dire
Rose Marie est changeante
donc
ce qui est vrai en toi
c’est bien ce quelque chose de quoi tu es issue
et quand tu dis j’existe
c’est de ce quelque chose dont tu parles au-delà de Rose Marie
eh bien
ce quelque chose n’est il pas l’existence
puisque tu dis j’existe

Alors maintenant Rose Marie
peux-tu imaginer qu’avant que tu sois née
tu étais l’existence
que de cette existence Rose Marie a surgi
que pendant toute ta vie
tu seras l’existence et aussi Rose Marie
et qu’après Rose Marie
tu seras l’existence que tu as toujours été
dis-moi Rose Marie
as-tu bien remarquée que tu ne te sens heureuse
vraiment heureuse
que lorsque que quelqu’un t’aime
ou que tu aimes quelqu’un
comme si cet amour te replongeait en toi
l’existence

haut

 

La magie de la vie 

Si ma vie n’est qu’un rêve
qui n’a pas plus de réalité
que mes propres rêves
qui en est le rêveur

Serait-ce l’être
la réalité une et éternelle

 Pourquoi aurait-elle besoin de rêve

 Mon dernier rêve se déroulait
dans une maison que j’habitais il y a vingt ans
et si j’en analyse les images
s’y retrouvent les reflets de tous mes problèmes
passés et actuels

 Pourquoi la réalité une et éternelle
nourrirait-elle des problèmes
qui engendreraient pour elle des besoins oniriques
comme de rêver à des êtres humains qui naissent
voient la multiplicité des formes des noms
et finalement meurent
alors qu’elle est sans dualité
sans commencement ni fin
donc privée de toutes les pensées qui sont les nôtres
cela ne se peut pas

 Force est d’envisager
qu’entre la connaissance ultime de l’être
et ma connaissance d’être humain
s’interfère une entité intermédiaire qui porte en elle
le germe de l’être humain et de l’univers
comme je porte en moi celui de mes rêves

 Cela s’avère sans fin
pourquoi cette entité
qui porte en elle le germe de l’univers
ne serait elle pas le rêve d’une autre entité
encore plus parfaite et ainsi de suite

 C’est sans doute là la limite du raisonnement
pour atteindre la connaissance
de l’existence qui sous-tend l’être humain
et
cela s’explique par le fait
que puisque nous existons
nous ne pouvons qu’être existence
il n’y a rien à atteindre
il n’y a qu’à être

 Grâce au raisonnement
je discerne que la vie se déroule comme dans un rêve
flots de pensées qui prennent corps
je suis ceci et cela m’appartient
mais
l’intuition toujours présente en mon for intérieur
me rappelle sans cesse qu’au-delà de l’ego
j’existe sans autre association de mot
je suis

 Au fin fond de la brousse
dans une misère sans espoir
au milieu de la guerre
j’ai vu naître un bébé
bien sûr sans avenir au sens raisonnable du terme
et malgré tout
des larmes de joie profonde coulaient sur les visages usés
mais transportés par l’émotion

 Cette magie de la vie
aucun raisonnement ne saurait la comprendre
on ne peut que la vivre

 Je me souviens avoir pleuré de même
auprès d’un arbre et d’un ruisseau
dans une forêt qui faisait naître en moi
l’expérience de l’Etre

 
 

haut

 

LES AILES DE LA DIFFERENCE, Paru en 1998, Édité en Octobre 2014 - Recueil de poésies - 19x15cm - 302 pages
Deux versions, noir et blanc et couleur. comprenant 38 tableaux

haut

haut

Extraits du livre

*******
 

Le travail d'or

On peut multiplier par mille
ses capacités d'être humain
à condition
que le souffle qui anime notre volonté
prenne sa source
dans l'être
au fond de nous

Mais le plus souvent
nous nous sentons plutôt
comme un âne bâté
chargé de tous les poids
dont on comprend très bien que le seul souci
soit de ne plus travailler

Il en est ainsi de tous les gestes de l'existence
et surtout du travail
qui s'en trouverait bien plus léger et efficace
si les conditions étaient réunies
pour que nous ayons le sentiment de travailler pour nous
avec la conscience de participer au tout universel
au lieu que cela soit
par obligation
et cela
qu'on obéisse au besoin de réussite personnelle
ou à celui de survivre

Il est là le secret de la transmutation du travail de plomb
en travail d'or :
s'épanouir au travail

Je veux bien essayer de vous en donner
l'alchimique recette
bien que je sache que vous ne la découvrirez
qu'à l'intérieur de vous même
au fur et à mesure
que le travail se sera changé lui même

Souvenons nous que le but recherché
n'est ni plus ni moins
que d'atteindre la plénitude
dans et par le travail

Rien de plus facile
voyons d'abord ce qu'il faut éviter :

premièrement
croire que les êtres humains deviendraient d'un coup
tellement censés
que le travail intelligent leur serait évident

deuxièmement
ne pas oublier que les êtres humains
avant d'être humains
sont
et qu'ils sont donc par essence
intelligents

Fort de ces connaissances
vous n'avez plus qu'à suivre
et en disant cela
je viens de vous donner
la formule magique

Il n'y a rien à faire de très exceptionnel
il s'agit juste de suivre
car
vous vous en doutez
une telle transformation
ne se décrète pas
elle est le fruit très lent
de mille et mille efforts
commencés il y a longtemps

Pendant des siècles, même quelques millénaires
le travail s'est chargé
de tellement d'exploitations
qu'il n'y a rien de plus humain
que de vouloir sa fin

Mais pendant ce temps là aussi
le travail
a su faire des miracles de science et de progrès
qui nous ouvrent aujourd'hui
les portes d'un autre monde
où travailler pour soi
c'est faire du bien
aux autres

Mais j'en connais plus d'un
qui me lisent
incrédules
qui ne veulent pas admettre
d'avoir toute leur vie
travaillés comme des ânes
en écrasant sous leur charge de rancoeur
eux, les autres, l'amour en eux
pour survivre

Ils ne supportent pas
d'entendre aujourd'hui
insinuer
qu'on pouvait vivre autrement
que comme ils ont vécu

Certes, on ne pouvait vivre autrement
amis
mais maintenant c'est possible
grâce à vous
et au travail de tous les autres
qui ont amené ce monde
à mourir s'il ne veut pas changer
ou
à changer
pour qu'il devienne meilleur

haut

Frère poisson

– Frère
puis je rester un moment
à côté de toi
et partager ta lassitude
ta peine et ta perplexité ?

– Pourquoi m'appelles-tu frère
toi, qui n'es pas de ma famille ?
d'autre part
je te ferais remarquer
que tu es un poisson
et moi un être humain
et que nous ne pouvons nous comprendre

– Tu te trompes, mon frère
nous avons le même père
et c'est lui qui m'a dit
que tu venais nous voir
et que je te reconnaîtrais aisément

– Parce que je suis le seul être humain
qui réponde à un poisson
qui l'interpelle ?

– Non, à cause de ta lassitude
ta peine et ta perplexité

– Je viens chercher au bord de l'eau
une réponse
à cette lassitude, cette peine et cette perplexité
et je te trouve, poisson
qui prétend être mon frère
et qui me propose une famille

Devrais je supposer
que notre père est un dragon
qui n'ose pas se montrer lui-même
tellement il est laid et
que si je scrute bien l'horizon
une soeur me fera de grands signes
avec sa queue de sirène ?

Poisson
j'ai bien envie de te manger tout cru
pour en finir avec toi

Va-t'en
tu me distrais
de ma lassitude, ma peine et ma perplexité

– Frère tu te demandes
si les êtres humains sont capables
d'être meilleurs ou pas
mais
ton regard est si bas
que ce que tu verras
sera trop limité
pour avoir le recul
nécessaire à toute vérité

Tu sais
que le monde ici bas
crée lui même sa misère
et se complet dedans
au point de t'en vouloir
quand tu désires l'aider ...

– Arrête, poisson
si tu as quelque chose à me dire
qui puisse me satisfaire
épargne moi ta vérité stérile
exprime toi clairement
ou bien, va-t'en

Aujourd'hui
je n'ai ni père, ni frère
et tu ne m'intéresses
que si tu portes en toi
la réponse à ceci :

Les êtres humains
sont-ils condamnés à l'enfer définitif
que tu as si bien dépeint
ou puis je vraiment les aider ?

Je sais qu'ils peuvent évoluer
de l'égoïsme vers l'altruisme
et trouver le bonheur
je sais
qu'ils le veulent absolument

Mais quelque chose de lourd à porter
les empêche toujours de s'échapper
de la pesanteur égocentrique
et je sais aussi que je suis lié à eux
au point que nous ne faisons qu'un

Alors, dois-je me contenter
de regarder brûler ma propre chair
en faisant comme si c'était
la peau d'un autre
que je laisserais souffrir
en souriant bêtement
aux anges qui me diraient
tu n'y peux rien
mon frère ?

Frère poisson
si tu es toujours là
avec notre père etc
as tu une réponse

Ou simplement, accours tu
dès que tu vois une âme
penchée sur elle même
et sur sa lassitude, sa peine et sa perplexité
pour la récupérer ?

Demain
je reviendrai poisson
et je te mangerai
si tu es encore là

haut

 

L'arbre protecteur

On ne rencontre pas Dieu
Vishnu, Jéhovah ou Bouddha
en les appelant
mais en les trouvant
à l'intérieur de soi

Il ne sert à rien de prier
en demandant quelque chose
mieux vaut méditer
en s'intériorisant

S'en remettre à Dieu
ou à un autre
convient comme un placebo acceptable
et valable
pour qui se sent perdu et seul

La vraie réponse
à notre besoin d'aide
divine, mystique, métaphysique
ne peut venir de l'extérieur
autrement dit
d'une autre source que la nôtre

Il faut chercher
à l'intérieur de nous

Trouver un arbre accueillant
avec des branches basses
sur lesquelles on dépose
délicatement
son nom, son passé et son avenir

Se blottir
dans l'ombre du feuillage protecteur
se sentir emporté
par l'odeur de la terre

Ne faire qu'un
avec le bruissement des feuilles
la caresse de l'air
la couleur du ciel

Fermer doucement les yeux
laisser notre existence
tomber de nos épaules

Se fondre dans la nature
ne plus être ceci ou cela
être

De l'être à l'être humain
de l'être humain à l'être
c'est le temps d'un oubli
de l'un ou de l'autre

Si nous oublions notre conscience d'être
nous nous voyons humain
inversement
en oubliant notre conscience d'être humain
l'être en nous se dévoile

Vivre notre condition d'être humain
sans jamais oublier l'être que nous sommes
en même temps que toute chose
et avant toute chose

Etre
et être humain
et s'en remettre à l'être
quand l'être humain
se perd
et a besoin de réponses

Reconnaître dans l'autre
l'être
et aimer l'être en lui
qu'il soit ami ou ennemi

Se rapprocher de l'être
en toute circonstance
pour connaître avec certitude
la bonne direction

L'être humain harmonieux
se reconnaît à l'arbre
contre lequel il semble
se reposer souvent

On a l'impression qu'il dort
et que l'arbre le protège
et
naturellement
en passant près de lui
les autres humains s'écartent
pour le laisser en paix

Il est inattaquable
complètement protégé
par l'arbre
qui massacre
tous les pauvres malheureux
qui ont perdu la tête
et veulent le détruire
parce que sa présence les empêche
de se prendre pour Dieu

haut

 

Petit

Je ne sais pas si des fleurs
ont pu m'aimer un jour
bien que je me souvienne
d'un jardin dont je pensais vraiment
qu'il me protégeait

Lorsque je l'arrosais
l'odeur de terre mouillée et
le crépitement de l'eau sur les feuilles
me parlaient
et nous nous comprenions

A bien y réfléchir
j'ai toujours su tisser
des liens
avec les plantes
parfois aussi avec les arbres

Maintenant que j'y pense
me reviennent à l'esprit
les instants de bonheur
connus avec la mer
ou auprès d'un ruisseau
contre l'écorce d'un arbre
au pied d'une montagne

Plus rarement j'ai su
m'approcher des humains
autant que je l'ai fait avec la nature
sauf pour mes enfants
petits

Avec eux, ce n'était pas pareil
j'étais leur père et les aimais tellement
qu'ils me faisaient naturellement confiance
aucun doute entre nous
ne venait s'immiscer

"– Petits
souvenez vous
rien ne nous séparait

Au fond de vous
voyez
comment sur mon épaule
vous vous laissiez aller
de tout votre poids
endormis
bercés
aimés

Que cet amour vous suive
et vous protège
partout où vous irez
sans moi
à vos côtés

Et puis rejoignez moi
autant que vous le pourrez
par les parfums de terre mouillée
par le crépitement de l'eau sur les feuilles qu'on arrose
par le vent qui séchera
vos larmes
en même temps que les miennes "

C'est étrange que je pense à tout cela
en méditant sur la disparition
de deux amis qui viennent de partir

L'un s'appelait Percival
un beau chat noir et blanc
aux yeux verts
qui m'avait choisi pour que je l'aime
je n'ai su
que l'aider à mourir

L'autre, une chatte jaune et blanche
éclatante de malice
que j'aimais rencontrer en ami
adorée de sa maîtresse
elle s'appelait Puce

Le regard jaune de Puce
les yeux verts de Percival
me suivent en me fixant
à la manière des chats
pour me dire quelque chose
que je n'ose pas comprendre

Ils me disent :

"Petit
pourquoi t'intéresses tu
encore
aux humains ?

Ne crois tu pas
que tu es arrivé
au bout de toutes tes morts

Les cadavres de tes illusions
coulent sur ton visage
même quand tu souris

Les arbres, les montagnes
la mer et les ruisseaux
ne peuvent même plus t'aider
parce que tu ne les vois plus

Aucun espoir ne t'attire vraiment
tu voudrais maintenant seulement
la preuve que tu as terminé
ton travail

Tu sais de toutes façons
que les changements
quoi qu'il arrive
quelque soit leur importance
se feront
avec toi ou sans toi

Petit
pourquoi t'intéresses tu
encore au monde ?

A moins que ce ne soit le monde
qui s'intéresse à toi
qui t'aime
et te retienne

Petit
pourquoi t'intéresses tu
encore au monde ?"

– Chats
je ferai comme vous

Je m'allongerai sur le côté
et
tout en regardant ceux qui m'aiment
tendrement

Je quitterai ce monde
lentement

Sans faire transparaître
aucun reproche
aucune peine
aucune incompréhension non plus

Comme si le monde
était un jeu sans importance
sans existence

Chats
quand le moment sera venu
j'aimerais savoir mourir
comme vous"

haut

 

Combien de fois

Combien de fois t'ai-je demandé
d'intervenir en ma faveur ?
aucune
pourtant, je savais que tu étais là
connaissant tout de moi
mieux que moi

Combien de fois ai-je crié après toi
en te défiant ?
souvent
à chaque fois que la charge
sur mes épaules
semblait trop lourde

Combien de fois avons nous gagné
ensemble toi et moi ?
toujours
et même au plus fort de la bataille
nous échangions
des sourires complices

D'abord, je t'ai caché
tout au fond de moi
je pouvais parler de tout
et surtout rire de tout
mais jamais
je ne prononçais ton nom

Quand je pensais à toi
c'était furtivement
non pas pour t'oublier
au contraire
de peur que par magie
mes paroles, mes pensées
sur toi
te fassent partir de mon esprit

Tu étais mon jardin secret
et personne ne se doutait
que celui qui s'amusait joyeusement
à tourner le monde en dérision
en se moquant des choses sérieuses
gardait un voile pudique
sur un amour caché

Sans doute
est-ce pour cela
que je n'ai jamais pu dire
je t'aime
à quelqu'un
parce que tu étais le seul être
digne d'amour
et que t'ayant trouvé
je ne pouvais aimer que toi

Combien de fois t'ai-je dit, je t'aime
jamais
l'amour
c'est l'unité
dire je t'aime
c'est déjà ne plus aimer

Puis je t'ai vu
partout
dans les forêts, les objets, les animaux
mes amis, mes ennemis
les enfants
et les enfants qui meurent de faim
ou de tout autre sorte de misère

Je t'ai vu dans la guerre
dans la paix
dans la bêtise, la peur, la honte
je t'ai vu perdre des guerres
et en gagner aussi
et j'étais ton guerrier

Combien de fois ai-je fait la guerre pour toi ?
serait ce déplacé de répondre
trop souvent ?

Combien de guerres devrais je encore tenir ?
puis je me demander
si j'en ai encore envie ?

Je n'ai plus la volonté de prier
de penser au père créateur
qui est aux cieux de connaissance
tandis que je suis, moi
dans un monde d'ignorance

Cela ne me convient plus
que ton nom soit sanctifié
et que je sois capable
en prononçant ce nom
de concevoir son infinité

J'aspire à la connaissance
et que ton règne arrive
sur la terre comme au ciel
pour que ces deux extrêmes
ne soient plus en opposition
en moi

N'ai-je pas fait taire mon ego
de façon à te laisser parler
à travers mes pensées et mes actes ?
ne mériterais-je pas le pain quotidien
d'harmonie universelle ?

Je n'ai plus de désirs envieux
de colères égoïstes
et je pardonne naturellement
les faiblesses des autres

Je n'ai pas la prétention
de résister aux tentations
en dehors de toi
mais je ne ressens pas pour autant le besoin
de te demander de me délivrer du mal
parce qu'il me semble que c'est déjà fait

L'ignorance qui m'entoure
ne me gêne plus vraiment
cela fait assez longtemps
que j'ai compris que tout
autour de nous
est lié et interdépendant
et que se faire du bien
c'est d'abord faire du bien aux autres :
j'aime mon prochain comme moi même

Mais l'évidence
de l'impermanence de toute chose
me revient chaque jour
plus fort à l'esprit
m'éloignant irrésistiblement
de l'ignorance qui m'entoure

Alors
combien de fois encore
devrais-je m'adresser à toi
comme si nous n'étions pas
toi et moi
un seul et même être ?


 

haut

 

D'UN MONDE A UN AUTRE, Paru en 1996, Revu et Édité en 2015 -

haut

Extraits du livre

 

Extrait de l'Introduction

...Il est temps de comprendre que la liberté qui nous est offerte par le progrès n’est pas la liberté de ne rien faire mais la possibilité de travailler intelligemment. S’il y a évidemment des peuples où le travail reste un moyen d’esclavage, les sociétés riches que nous sommes ont, pour leur part, dépassé ce stade là. Le travail peut devenir un moyen d’épanouissement. C’est là un des fruits de cette mutation qui nous transporte d’un monde à un autre.

La société moderne dans ses rapports avec les nécessités matérielles et les besoins spirituels de l’être humain nous amène à constater que plus la technicité devient sophistiquée, moins elle peut se passer de conscience, que plus la science affirme son efficacité, plus elle se doit de se rapprocher des choses de l’esprit ; l’Humanité a atteint un seuil d’intelligence qui l’engage à intégrer dans sa vie quotidienne la complexité de ses certitudes métaphysiques qui étaient jusqu’alors confiées aux religieux et à la philosophie.

Nous sommes poussés en cela par le phénomène de mondialisation qui, en déstabilisant les systèmes économiques établis et en bousculant les blocages inhérents à nos sociétés fermées sur elles-mêmes, nous oblige à entreprendre une mutation sociale sans précédent. Nous ne pourrons pas répondre à ce défi par une simple solution comptable qui reviendrait à tenter d’équilibrer nos comptes sans modifier profondément nos comportements.

La mondialisation qui se caractérise matériellement par la circulation des informations sans limite de temps, de géographie ou de quantité, sur toute la planète, nous oblige à passer de la société de consommation et de loisirs basée sur l’égoïsme individuel à une société responsable où l’individu assume la pleine conscience de ses actes.

Même si nous avons l’impression de vivre une mutation impossible, nous sommes potentiellement prêts à ces grands changements mais, pour s’en rendre compte, il nous faut apprendre à regarder différemment nos propres connaissances pour savoir les appliquer positivement.

On pourrait imaginer le monde qui se termine comme enfermé dans un cône dont la pointe serait le début de l’évolution humaine, avec, par exemple, la découverte du feu. De découvertes en découvertes, le cône s’est élevé en s’évasant et en gagnant de plus en plus d’espace de connaissance sur le néant qui l’entoure. Aujourd’hui, cette connaissance brise ses limites et nous entrons dans une dimension tellement nouvelle, qu’elle nous effraie. Pourtant, le Monde qui commence nous apporte l’espoir de mieux nous connaître et de mieux vivre ensemble.

haut

Extrait du chapitre "Une autre conception du travail"
 

Travail, chaleur humaine 

L'Humanité a parcouru un long chemin depuis Lucie et l'Homme de Cro-Magnon. D'une tentative à une autre, la civilisation a transporté l'Être Humain, de sa condition primaire essentiellement intuitive, à cet être savant capable de maîtriser les plus grandes connaissances technologiques.

Est-ce la civilisation indo-européenne qui, il y a 5000 ans, fut la source de deux courants civilisateurs descendus, l'un vers l'Inde et la Chine, l'autre vers la Mésopotamie et l'Occident? Toujours est-il que la civilisation a brillé plus ou moins intensément, suivant l'époque, sur un point de la terre ou sur un autre ; on l'a vue Mésopotamienne, Égyptienne, passer de la Perse à la Grèce, puis de Rome aux Arabes, devenir Européenne et Américaine. On l'a connue, Indienne et Chinoise et on a suivi ses manifestations Animistes et Aztèques. Toutes ces civilisations qui donnent l'impression de ne pas avoir été dans la même direction, ont perpétué leurs spécificités grâce à leurs multiples traditions. Tout cela pour le bien des êtres humains qui conservaient ainsi leurs connaissances de génération en génération. Mais voilà qu'avec la révolutionnaire facilité de communication des individus et des informations de cette fin de siècle, toutes les coutumes séculaires sont remises en cause ; les traditions se perdent et on les utilise plus, maintenant, pour freiner les changements que pour transmettre une sagesse. On assiste impuissant, à un mouvement mondial qui écrase tous les particularismes, alors qu'ils ont toujours existé et qu'ils semblaient ne devoir jamais disparaître.

On peut aussi interpréter différemment le déroulement des événements ; nos diverses civilisations constituaient en fait, les multiples facettes d'une seule et même civilisation qui s'est nourrie de toujours plus de connaissances, en passant d'un peuple à un autre, d'une région du monde à une autre. Atteignant maintenant sa maturité, elle veut s'exprimer d'une seule voix, pour tous, sur la planète entière. Avec la mondialisation, la civilisation progresse d'une expression limitée qui intéressait, suivant les périodes, plus particulièrement les uns que les autres et dans une région plus que dans une autre, à une expression planétaire qui prend en considération dans un même temps tous les peuples et toute la terre.

Nous sommes emportés par une mutation qui n'a rien à voir avec les changements de civilisations habituelles, puisqu'elle nous fait participer à l'avènement de la civilisation planétaire. L'Humanité n'ayant jamais vécu de tel changement, nous ressentons l'inquiétante sensation de partir d'un monde qui nous est familier pour un autre dont on ignore tout.

Peut-être, nous fallait-il simplement passer par ce monde que nous connaissons bien où la chaleur humaine se manifeste dans la tendresse, l'amitié, l'amour et bien d'autres sentiments tout aussi complexes, qui nous font aussi apprécier la paresse, la désinvolture, les attitudes brouillonnes et les interdits ! Peut-être nous dirigeons-nous vers un autre monde qui nous ouvrira les yeux sur des possibilités de communions plus merveilleuses encore, qui sont enfouies en nous ! Peut-être cette mutation est-elle l'aboutissement de toutes les révolutions, que tous les peuples ont menées depuis toujours contre les injustices et s'inscrit-elle dans l'aspiration profonde de tous les êtres humains à vivre mieux ! Peut-être allons-nous vers plus de rigueur pour mieux travailler à répandre autour de nous, la chaleur humaine, l’amour !

haut

Extrait du chapitre "Une autre conception de l'Être"
 

L'action vraie

Dans une certaine abstraction, le hasard n'existe pas ; tout est inéluctable. Mais dans la réalité quotidienne, tout dépend aussi pour soi de la manière d'aborder l'inéluctable.

 Dans la mesure où tout se résume toujours à un système de cause à effet, il semble évident que le bien mène au bien et que le mal attire le mal. Mais comment distinguer véritablement le bien du mal ? Tout cela est si relatif ! Si la recherche du Vrai, stable et permanent, demeure toujours désarmante, la recherche de l'action vraie qui nous rapprocherait le plus du bien est tout aussi difficile.

Un certain bon sens populaire parle de petite flamme qui nous souffle le Vrai. On peut penser alors, que chacun possède en soi la sagesse intuitivement et qu'il suffit de mieux se connaître pour découvrir la voie juste. La Bible dit,  « Frappe et on t'ouvrira », « Demande et on te répondra » et il faut croire que la recherche intense du bien, le besoin très profond de vertu, ouvre la porte de la foi qui nous mènera au Vrai.

Plus simplement, si l'incohérence dramatique du monde attriste suffisamment pour engendrer la nausée, et si par sursaut de dignité humaine et par amour des autres, il y a refus de s'abandonner, à force d'espérer et de chercher, la puissance du Vrai, toujours lovée au plus profond de nous, se dévoile.

En fait, l'être humain étouffe dans la relativité du monde s'il ne ressent pas un appel secret du Vrai, dont il n'est jamais réellement séparé. Mais il ne prend conscience de cet appel que s'il a le désir de l'entendre. Le libre arbitre de l'être humain réside ainsi dans sa manière d'être à l'écoute de cet appel du Vrai qui est le même pour tous. Nous sommes libres de nous rapprocher le plus possible de l’action vraie ou de nous en éloigner carrément. Que nous soyons forts ou faibles, riches ou pauvres, ou encore beaux ou laids, nous avons la même possibilité de Vrai en chacun de nous, c’est en ce sens que nous sommes tous égaux.

L'égalité entre les êtres humains se vérifie en cela que nous avons tous au fond de nous-mêmes cette force d'appel du Vrai qui, lorsqu'on lui tend l'oreille de toutes nos forces, nous montre avec certitude, malgré la relativité du monde, l'action Vraie.

Notre monde sera d’autant plus en équilibre qu’il respectera ce besoin de Vrai pour chacun(e) d’entre nous ; c’est un besoin inné de spiritualité qui n’appartient pas exclusivement aux religions car il est propre à chacun(e) d’entre nous.

haut

 

Extrait de la "Conclusion"

 Avec la mondialisation, ou plutôt les connaissances nouvelles qui l’ont engendrée, la science et les systèmes religieux qui ont fait un long chemin côte à côte tout en restant séparées, seront poussées à harmoniser leurs connaissances respectives. En tous cas, l'être humain sera porté vers une autre conception de l'Humanité, pour l’avènement d’une société sans dichotomie.

L'opposition entre matériel et spirituel ne peut plus se vivre dans un esprit constructif. L’Être Humain a progressé dans la Connaissance et s'est placé en position d'atteindre intellectuellement un savoir plus proche de l'unicité, d’une responsabilisation Universelle qui l’amènera à prendre de plus en plus conscience de sa non séparation d'avec tout ce qui l'entoure.

Une société bien faite, dans un tel niveau de connaissances, se doit de responsabiliser en rappelant toujours, que le seul chemin raisonnable sur terre est celui qui donne le sentiment de participer au bien de tous et de tout dans nos diverses actions parce que nous sommes liés à tous et à tout en permanence.  La mondialisation nous fait passer d'un monde à un autre, d'une connaissance limitée dans nos besoins égotistes à une connaissance plus ouverte sur notre merveilleuse infinitude.

Si nous la comprenions mal, nous pourrions être précipités vers notre perte. L'égocentrisme atteindrait son point de non retour où l'Être Humain se séparerait de la conscience d'appartenir à un tout, nous plongeant à coup sur dans un  matérialisme destructeur de toutes valeurs. La puissance technologique maintenant gigantesque serait captée par ceux qui détiennent des fortunes personnelles, elles aussi gigantesques, pour créer imperceptiblement mais certainement un système eugénique et pourquoi pas, à terme, des robots devenus l’égal des êtres humains qui, ayant perdu leur « âme », ne seraient plus que des zombies !

Par contre, la mondialisation bien comprise favorisera l'éveil d'une société plus intelligente. Cette société découvrira le travail intelligent qui ne se situe pas en opposition avec le loisir et qui participe à l'épanouissement complet de l’être humain ; elle permettra d'œuvrer pleinement pour le bien de tous, consciente de leurs besoins comme de ceux de la planète.

En cette période de transition  chaque être humain se partage entre la bonne et la mauvaise perception de la mondialisation. L'instinct de survie devrait amener l'Humanité à choisir l'intelligence mais cela risque de se faire dans une certaine inconscience individuelle. Les êtres humains ne se départiront pas de leur égoïsme du jour au lendemain. Par contre, nos sociétés entreprendront globalement des actions intelligentes par obligation de survie, malgré les individus qui tenteront de les limiter par manque de connaissances.

Le bon côté de la mondialisation est déjà à l'œuvre mais ce n'est pas celui dont on a l'habitude de parler. On constate surtout que, par réflexe primaire, les minorités des pays riches, craignant de perdre leurs avantages, inventent des freins toujours renouvelés à un système plus intelligent, tandis que les pays « émergeant », profitant des moyens nouveaux qu'offre la mondialisation, ébranlent toutes les traditions en se lançant à l'assaut des richesses détenues par les autres.

Le monde étale son incohérence qui sème le désarroi et les plus grandes craintes et, paradoxalement, c’est ce qui finalement obligera à envisager de grands et inévitables changements par instinct de survie.

Nous sentons bien des bouleversements inéluctables mais nous avons l'impression de ne pas être prêts. Nous voyons bien que tout change brutalement autour de nous mais nous avons le sentiment que cela finira par une catastrophe, qu'il s'agit d'une mutation impossible. Nous nous bloquons, nous nous cabrons, nous fonçons n'importe comment mais finalement nous avançons et gardons espoir parce qu'intérieurement, quelque chose nous dit qu'il faut passer par là.

Nous sommes amenés malgré nous à choisir entre le “je” séparé de tout et le “je” conscient de tout. Un tel choix ne fait pas partie d'un processus du changement que nous percevons habituellement au passage d'une génération à une autre. C'est que nous vivons une transition sans précédent, qui constitue plus le passage d'un monde à un autre que celui d'une génération à une autre.

Nous finissons un temps où l'on s'accommodait de penser à soi sans forcément se soucier de tous et de tout, pour aborder un autre temps où nous serons interpellés en permanence par tous et par tout.

Ce changement nous semblerait moins inaccessible si nous parvenions à imaginer qu'au-delà de nos ego inquiets, nos cellules sont imprégnées du travail de toutes les évolutions passées depuis l'aube de la création et que les générations qui nous ont précédées, malgré leur comportement apparemment égoïste, ont toujours manifesté une volonté d'harmonie universelle. Comment expliquerions-nous autrement, notre attirance innée pour la musique, la peinture, l'art en général et aussi pour de beaux paysages, tout simplement  pour la grâce de certains moments?

S'il est difficile de saisir pleinement cette mutation qui nous transporte naturellement d'un monde à un autre, rien ne nous empêche de la ressentir et de la comprendre intuitivement. Il s'agit bien sûr d'une mutation comme n'en n'a jamais connue l'Humanité, mais nous y sommes prêts, même si c'est plus par nos cellules que par nos ego.

Les hommes  inventeront des freins que l'Humanité brisera et, par delà les individus engoncés dans leur crainte de perdre leurs avantages immédiats ou soucieux d'en acquérir de nouveaux à n'importe quel prix, les sociétés sont contraintes pour survivre, de mettre en place, petit à petit, le mécanisme d'un monde d'intelligence universelle.



haut

 

URANO, Pièce de théâtre créée en 1972

haut